Poupées de Modes et Travaux, petits cellulos et plus si affinités.

L’après-midi, Poupandco et Hom ont pris le métro pour se rendre ici :

IMGP6274

Dans ce beau bâtiment de la Cité Internationale Universitaire du 14ème, se tenait le

img456

Poupandco, qui s’est laissée ensorceler par les plus petites de ces créatures, tenait à y aller.
L’entrée était gratuite pour qui venait déguisé (non, Poupandco n’est pas venue avec son costume de dinosaure; il fallait quand même un costume en lien avec les poupées !) A l’intérieur, de très nombreuses jeunes personnes costumées, vêtements et perruques colorées, portant fièrement sur le bras replié leur B.J.D., bien plus grandes que ma petite Frimousse ! Toutes répondent gentiment à mes questions, me montrent les tenues, citent les marques ou les caractéristiques de leurs poupées, me proposent de les tenir ! D’un stand à l’autre, on virevolte, on s’interpelle, on rit. Comme une sorte de tourbillon joyeux et coloré ! Bientôt, un calme relatif s’installe : le tirage des 13 lots de la tombola est attendu avec fébrilité !

Parmi les photos prises par Hom, Poupandco a choisi celles qui semblent le plus refléter la spécificité du salon, l’imagination, la fantaisie, la poésie, la créativité.

IMGP6276

IMGP6297

IMGP6277

IMGP6284

IMGP6285

IMGP6289

IMGP6291

IMGP6296

IMGP6300

IMGP6301

IMGP6304

Poupandco n’a pas pu relever le nom de tous ces créateurs, mais a été éblouieenchantée de sa visite !

IMGP6294

Pour terminer, une toute belle qui aurait pu, incognito, se laisser admirer le matin même à Toymania !

Publicités

IMGP6265

– « Psssst ! Regarde sur la gauche, là ! Tu vois ce que je vois ? »

IMGP6260

– « Ben quoi ? Un problème, les filles ??? »

IMGP6261

– « Complètement indécent, oui ! »

IMGP6269

– « Avec cette nouvelle génération, il y a de quoi se faire des cheveux…

IMGP6262

… d’autant plus que nous avions largement le temps de nous préparer ! La preuve, regardez-moi !!! »

IMGP6263

– « Arrêtez de jérémier les filles ! De toute façon, moi j’m’arrache, j’me carapate, j’m’esbigne, j’me casse, quoi ! Hein qu’c’est vrai qu’tu m’emmènes ? Hein ? Hein ? Hein ? Hein ??? »

Poupandco, dépourvue de la case « je me repère dans l’espace » et « je sais faire rapidement des photos qui ne sont ni floues ni mal cadrées, ni, ni… » a une fois de plus délégué à Hom le soin de prendre les clichés de son choix. Merci !

Salon du jouet Betton 2015

Image sans titre

D’habitude, Poupandco s’y rend dès l’ouverture, à 14 heures le samedi, et il faut bien vite jouer gentiment des coudes pour s’approcher des étals tentateurs. Cette fois, c’est le dimanche matin à 10 heures que Poupandco en a franchi la porte.

IMGP6204

Un nouveau « Star Wars » allant bientôt sortir, l’exposition thématique annoncée en profitait pour mettre à l’honneur science fiction, personnages de légende, vaisseaux spatiaux, robots, et tutti quanti. Jusque là, rien d’inhabituel.

Dès l’entrée de la grande salle, surprise : peu de visiteurs et bien moins d’exposants de jouets anciens que d’habitude ! Une partie est en effet réservée aux jeux d’arcanes et démonstrations d’imprimante 3D !

IMGP6218

Le jeune Cortney Knorr, 20 ans, étudiant à Supinfo Rennes, vice-champion de France en robotique-mobile, y présente son robot Poppy.

Bien sûr, tout ceci n’est pas inintéressant, mais Poupandco est vaguement déçue. Elle n’a pas fait tous ces kilomètres pour le salon des nouvelles technologies !!! Juste se gaver les yeux de poupées, baigneurs et bébés, dînettes et poussettes !
Et puis, il y a dans l’air quelque chose d’impalpable, peut-être lié aux récents événements parisiens…

IMGP6227

IMGP6221

IMGP6224

IMGP6222

IMGP6225

Quelques photos, glanées par Hom.

Tout le temps de la visite de Poupandco, à aucun moment l’animateur ne citera un stand de jouets anciens, ne conviera un exposant à s’exprimer, ni ne présentera une belle pièce, ours, poupée, ou camion…

IMGP6223

 

Alors, hommage aux mains qui changent les élastiques, restaurent, cousent, peignent, habillent, coiffent…

IMG_6471

Ce petit-là (un Armand Marseille peut-être ? d’environ 18 cm de haut) était seul sur un étal. Poupandco s’est approchée, a fait muettement connaissance avec lui. Juste avant de quitter le salon, elle est revenue. Il était toujours aussi seul et digne, ne voulant pas trop espérer de crainte d’être déçu. Ses deux quenottes ne sont pas centrées par rapport à la bouche, ce qui lui donne un charme particulier. Sûr qu’un robot en aurait fabriqué des quantités de tous pareils tous pareils tous pareils tous pareils tous pareils tous pareils tous pareils tous pareils tous pareils tous pareils tous pareils tous…

A bientôt, Copinautes, passantes et passants et d’ici-là, prenez soin de vous et profitez de la vie !

IMG_6448

Courir danser sauter flâner nager lire rire conduire jouer chanter crier écouter dessiner peindre sculpter fêter regarder sentir rêver chercher réfléchir construire toucher apprendre comprendre essayer étudier décider se connecter se tromper recommencer manifester râler voyager aider applaudir choisir créer savourer festoyer inventer travailler se parer s’éclabousser s’émerveiller aimer.

Nous voulons vivre comme NOUS l’entendons.

Un jour, dans un vide-grenier, Poupandco a trouvé une douce pelote de laine rose, fine et mousseuse. Elle l’a emportée comme un petit trésor. Vu ce qu’on trouve par ici, il faut savoir se contenter de peu !
Et voilà qu’un autre jour, trottinait avec insistance, dans la tête de Poupandco, l’envie de tricoter une robe pour sa Betsy-Wetsy. Ce serait une robe un peu à l’ancienne, confortable et chaude, peut-être… rose ?
Ce devaient être jours de grâce… Du premier coup, sans rien à défaire !

IMG_4877

IMG_4871

IMG_4873

Mailles, mailles et mailles montez.
Pour avoir un bel ourlet,
tout en bas,
des dents de chats;
et un point fantaisie… au choix.

Pour resserrer la taille,
tricoter deux par deux toutes les mailles.
Quelques centimètres tout droit,
avant de séparer l’ouvrage en trois.
Sur l’empiècement avec énergie,
on reprend le point fantaisie.
Et pour que ce soit mignon,
des petites manches ballons.

Mais il reste de ce fil fin,
de quoi faire un petit béguin !
Le tour de tête en dents de chat,
et le même point fantaisie, c’est ça !

Et pour avoir chaud aux petits petons,
N’oublions pas les petits chaussons !

La petite est allongée sur un oreiller de berceau où Hom, alors bébé, a lui aussi posé sa tête. En dehors de la beauté des jours et de la broderie, la taie comporte un très fin raccommodage, le tout exécuté par les mains expertes de la grand-mère de Hom.
A bientôt, Copinautes, passantes et passants, et d’ici-là, portez-vous bien et profitez de la vie !

IMGP6155

–  » Poupandco, c’est quoi ce grand bâtiment derrière moi ? »

IMGP6154

–  » C’est une ancienne tuilerie. »
–  » Aaah ? Alors, c’est pour faire des tuiles aux amandes, pour manger avec la glace ???  »

Copinautes, passantes et passants, n’avez vous pas été, un jour ou l’autre, confrontés à la difficulté d’expliquer à de petites personnes la vilénie du monde ?

Poupandco, Hom et Frimousse sont allés dans le Sud et, tout près d’Aix en Provence, se sont arrêtés au camp des Milles

IMGP6153

Ce camp d’internement a fonctionné de 1939 à 1942. 10 000 internés de 38 nationalités s’y sont succédés : journalistes, intellectuels, prix Nobel… l’écrivain Lion Feuchtwangler, le plasticien surréaliste Hans Bellmer, le poète Max Ernst sont passés dans ce camp. Trois périodes peuvent être distinguées :
– de Septembre 1939 à Juin 1940 (IIIème république) : camp d’internement pour « sujets ennemis »
– de Juillet 1940 à Juillet 1942 (Régime de Vichy) : camp de transit et d’internement pour les « indésirables »
– d’Août à Septembre 1942 ( la solution finale) : déportation des Juifs du Camp des Milles vers Drancy, puis Auschwitz.

IMGP6148

… » les wagons noirs comme des corbillards attendent sur la voie de garage. Encadrés par des gardes en armes, des humains qui n’ont commis aucun crime, parce qu’ils sont Juifs, sont livrés par mon pays, qui leur avait promis asile, à ceux qui seront leurs bourreaux. »
Extrait du carnet de Raymond Raoul Lambert, directeur général de l’UGIF, mort en déportation ainsi que sa femme et ses quatre enfants.

IMGP6149

Le grand mérite de ce site mémorial c’est qu’au delà de l’histoire spécifique de ce lieu et de la Shoah, il interroge les mécanismes qui conduisent à tous les engrenages génocidaires. Il décortique pour faire comprendre. Il fait comprendre pour mieux prévenir. Il donne à réfléchir, notamment à partir de recherches scientifiques, sur les parcours individuels et collectifs qui conduisent à l’irréparable, mais aussi aux possibilités de tout un chacun de pouvoir s’y opposer. Un « Mur des Actes Justes » illustre les différentes façons que des individus, chacun à leur mesure, ont trouvés pour en sauver d’autres menacés par les génocides du 20 ème siècle.

august landmesser

L’homme qui refuse ici le salut nazi s’appelle August Landmesser. C’est un travailleur du chantier naval de Hambourg. En 1936, le lancement d’un nouveau bateau est célébré et Hitler en personne est présent. Adhérent au parti nazi dès 1931, August a épousé une jeune femme juive avant que les lois sur la pureté raciale ne l’interdisent. Défiant les lois en vigueur, ils auront même deux petites filles. Pour avoir « déshonoré la race », August sera exclu du parti et le couple condamné aux travaux forcés. La jeune femme n’y survivra pas. Plus tard, August Landmesser sera enrôlé de force dans un bataillon sur le front de l’Est où il trouvera également la mort. Leurs deux fillettes seront séparées.C’est l’une d’entre elles qui reconnaîtra son père lors de la récente réapparition de la photo sur Internet.

resister

Mémoire et vigilance : vous pouvez approfondir votre réflexion en lisant ce livre.

IMGP6182

De retour à l’hôtel, après cette visite un peu oppressante, Frimousse a eu la permission de regarder un court dessin animé sur son ordinateur (!)

IMGP6184

Et puis, il a fallu prendre le chemin du retour.

IMGP6189

Frimousse ne savait plus où donner des yeux : l’Automne était partout !

IMGP6191

Mais le temps est devenu frisquet. Allez Frimousse, au chaud dans la voiture !
(Ma petite Frimousse est une adorable Pukifee Ante de chez Fairyland.)

A Wambrechies, Poupando a vu un petit tout semblable à celui-ci, et sait qu’il a trouvé un foyer accueillant.

IMG_4997
Voici le tout premier Sasha Baby qui a franchi la porte de la maison, il y a plusieurs années déjà. Il date de 1983, il est de fabrication Trendon et porte uniquement le bracelet « Sasha ». Il est arrivé dans ses habits d’origine, enveloppé d’une méchante odeur, épaisse et tenace. Après la toilette et le shampooing, le pauvre était resté nu, le temps de se débarrasser des nauséabondes effluves. Comme Poupandco lisait dans ses yeux un vibrant reproche, elle s’était empressée de lui tricoter pendant ce temps une fort jolie layette. Ah, qu’il est doux de temps à autre, de s’auto-complimenter ! A l’origine, les bébés étaient sexués : les garçons étaient blonds et les filles brunes. Devenus non sexués, par une sorte de convention tacite, !es blonds sont toujours considérés comme étant des garçons, et les bruns, des filles. Poupandco aime leur visage doux, et leur expression si peu marquée qu’on peut y lire tant !

IMG_5002

IMG_5000

IMG_5069

IMG_6398

Le voici à la belle saison.

IMG_6394

Sur l’image collée sur la boîte, le petit Sasha apparaît vêtu de sa tenue d’origine entièrement blanche : une couche, une chemise de nuit longue en fin coton et un châle tricoté. Le bébé est allongé dans un couffin en paille.

img446

Sur le fascicule qui accompagne chaque boîte, mon petit Sasha est allongé au premier plan, celui qui coule des jours heureux chez Gene est vêtu d’une robe d’été blanche et de son chapeau assorti.

img444
On retrouve les deux petits sur la même page : l’un en haut, l’autre en bas.

img447

Page extraite de ce livre , synthétique et bien documenté.

IMG_6435
Le modèle de la layette de mon petit Sasha est tiré de cet autre ouvrage. Il donne à voir au fil du temps, les différentes tenues des poupées, classées par genre : vêtements de nuit, de sport, uniformes, etc. Et il propose des patrons, couture et tricot pour vêtir ces petites personnes.

A bientôt, Copinautes, passantes et passants ! D’ici-là, portez-vous bien et profitez de la vie !